L'arbre qui fuit

L'ARBRE QUI FUIT

de Myriam

sept 2020

Ça faisait tellement longtemps, il ne se souvenait plus depuis quand il était là, et elle aussi.

Parfois les branches de l’arbre-qui-sonne ou celle de l’arbre-temps, dans le mouvement du vent, la masquait à sa vue. Parfois l’arbre-qui-sonne l’empêchait d’entendre ses vagues, mais souvent le vent emmenait jusqu’au morne où ils s’étaient rassemblés, le bruit de ses colères ou du remué des temps calmes.

Parfois, il se demandait si les autres arbres ne faisaient pas exprès ; ils savaient qu’il voulait rencontrer la mer. Lui ne savait pas encore s’il la rejoindrait par ses racines ou par ses branches, mais il savait qu’il la trouverait. « Tu mourras ! disaient les autres. La mer ne nourrit pas ; elle nous sèche et nous dénature, tu seras os ! Tu ne peux t’ancrer ni dans le ciel ni dans la mer. »

Il attendait son heure. Il creusait et étirait ses racines pour aller jusqu’à elle, mais le temps devenait long.

Alors, il se replia, s’étiola. D’enraciné, il se fit léger, effilé, attendant le temps.

Enfin le cyclone.

La dernière rafale, l’arracha et le projeta jusqu’à la mer, enfin.

Et voilà comment l’arbre qui fuit a rencontré la mer.



Featured Posts
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Search By Tags
Recent Posts
Follow Us
  • Facebook Black Square
  • Twitter Black Square
  • Google+ Black Square