Le diable et les femmes

Vous vous rappelez le diable rouge qui avait disparu ?

Mais oui ! Ti Jean, Joséphine, tout ça...

Comme nous le retrouvons au paradis !

Bizarre, bizarre, un diable au paradis...

Creusons l’affaire !

Ce diable donc, rouge, très rouge, s’était spécialisé dans la luxure. Chacun son truc !

Il ne reculait devant aucun plaisir, de la chair évidemment. Il avait femme mariée, concubine, maîtresse, femme au-dedans comme au-dehors. Sa devise était : anba latè pani plézi.


Mais un jour, ou peut être une nuit, comme frappé par une certaine grâce, il eut une illumination et décida de se repentir, de tourner cette page de sa vie de luxure.

Il prit pour femme légitime une jeune petite diablotine. Pour encore plus se stabiliser, il proposa ses services comme garde du corps à Papa Diab.


C’est alors que Ti Jean et Joséphine croisèrent sa route. Je ne sais pas par quel tour de passe-passe le diable rouge avec Diablotine et petits diablotins se retrouvèrent au paradis.

Vous vous étonnez après ça que le paradis soit comme un capharnaüm !

Mi zafè, mi !


Hermence Mariello, fév. 2021

Mots-clés :

Featured Posts
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Search By Tags
Recent Posts
Follow Us
  • Facebook Black Square
  • Twitter Black Square
  • Google+ Black Square