La doum de Félicia


Elle est bien réelle, ma doum à moi.


Bien que je sois née au bord de la mer, sable noir –près de la grande bleue des Abymes– j’ai appris à nager à la doum de Fourniols, tout là-haut, après Bezaudin.


Tout là-haut, dans un autre monde entre eau froide et dense canopée.

La doum de Fourniols à Sainte-Marie ! Toute mon enfance sur les traces de mon grand-père, garde-forestier. Gardien des champs de mahoganys, du temps où il fallait du bois précieux pour notre ébénisterie prisée des gens aisés, des grands gens.

C’était tout là-haut, où les charrettes à bœufs nous attendaient pour traverser les cannes de Monsieur Calixte – le mulâtre du Pérou, mulâtre respecté par delà Morne des Esses.

Tout là-haut, une rivière tumultueuse faisait tourner la roue à aube et l’eau jaillissait dans les rigoles, pour le plus grand bonheur des demoiselles les libellules et la vigueur du pwa-pwa.

Comme dans toutes les grandes maisons, le grand bassin rafraîchissait la véranda.

Fi du bassin ! Pour la kyrielle de cousins-cousines, rien de plus revigorant que les plongeons en eau glacée dans la doum de Fourniols qui a abrité les premières amours de mes aînés et les plus belles années de mon enfance.

Félicia Nuissier



Featured Posts
no-posts-feed.on-the-way
no-posts-feed.stay-tuned
Search By Tags
Recent Posts
Follow Us
  • Facebook Black Square
  • Twitter Black Square
  • Google+ Black Square