Vent marchant masqué

Tu es Les Alizés.

Tu souffles partout.

Tu entres même sans être invité.

Te souviens-tu de cette terre dont tu gonflais les jupes

son rire alablani que tu éparpillais

et la joie qui poussait de ces graines de rires semés ?

Te souviens-tu de ses yeux qui se sont enfuis

de ses mots d'amour qui ont perdu leur sens

qui n'ont plus su vers qui voler

le jour où tu as cessé tes schwischwischwi à son oreille ?

Tu es Les Alizée, homme à d'autres terres.

Vent marchant masqué.

Vent menteur qui ne dit rien

de là d'où il vient, de là où il va.

L'oubli fait mémoire.

Tu ne te souviens plus

des jours.

Tu ne te souviens plus

du jour où tu as voulu entrer sans frapper.

Ma porte fermée à clé.

Mes volets fermés à clé.

Mon coeur fermé à clé.

Et je me souviens de tes poings devenus cyclone

quand tu as tambouriné sans pouvoir entrer chez moi.


manzelKa, sept 2020

Featured Posts
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Search By Tags
Recent Posts
Follow Us
  • Facebook Black Square
  • Twitter Black Square
  • Google+ Black Square