Tambour

Sens ma peau sous tes doigts.

Je te donne ma voix, la tension de mon âme, les résonances des anciennes forêts du passé où je suis né.

Laisse monter la sève au tempo végétal, puise dans la puissance de mon bois la force de ton chant d'homme de chair.

Homme, réponds aux échos du silence, peuple de "tak ka ta ka tak", le silence des échos.

Répondeur mystique, laisse remonter le chant des origines le long des veines de ton bois sacré.

Laisse la terre rouge du sang des hommes distiller son rythme de vie.

Et la main bat, elle frappe, installe l'ostinato qui déjà envoûte, insistant, obsédant.

La main frappe encore, casse, rompt le rythme du passé et recompose un élan nouveau.

Puissance du présent toujours réinventé là et maintenant.

Tanbouyé baye la vwa !

(photo Vincent Gayraud)

Featured Posts
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Search By Tags
Recent Posts
Follow Us
  • Facebook Black Square
  • Twitter Black Square
  • Google+ Black Square