Coup de foudre sur Monsieur Jean

Ce jour là, Jean n’avait envie de rien, même pas de regarder la retransmission du grand prix de Monaco à la télévision. Trop choqué par la nouvelle qu’il venait d’apprendre, il partit tête baissée à travers les ti wèt du village. Il les connaissait par cœur, lui qui n’avait jamais quitté sa ville natale depuis cinquante cinq ans maintenant. Il n’avait sur lui que sa clé de voiture reliée à un porte clé Ferrari dont il ne se séparait jamais. Il passa rue de la lave, descendit la rue des cendres, sans même saluer tous les villageois, qui à cette heure de la journée étaient presque tous affairés dans leur maison. Seule mamie Laurette -Mme Désiré- osa l’interpeler en l’invitant à déguster avec elle une "petite soupe en l’absence de ses enfants". Mais Jean était perdu dans ses pensées.

Les cloches de l’église se mirent à sonner, le sortant de sa rêverie.

"Je suis un Théodore après tout !"

Il décida alors de se rendre du côté du port où il rencontrerait sûrement quelques uns de ses amis et collègues marins pêcheurs.

C'est alors qu’il passait devant Chez Tante Arlette qu’il croisa sa route. Cette jeune femme à la peau pain d’épices, c’était Sophie ! La petite avait bien grandi... Il est vrai qu’il ne l’avait pas revue depuis plus de 15 ans… Il la découvrait tout à coup si différente, comme sortie d’un livre de la Comtesse de Ségur. Une décharge ! Une décharge électrique !

Jean avait beau être sûr de lui, il commençait à perdre ses moyens. Lui, pas peu fier de sa ressemblance avec Manu Dibango, se mit à transpirer à grosses gouttes. Il s’arrêta net ! Oserait-il ? Comment s’y prendrait-il ?

"Bonjour monsieur Jean !" C'est elle qui brisa le silence... en même temps qu’elle lui brisa le cœur.

"Monsieur Jean, tu n’aurais pas vu passer mon fiancé ? "

De Capri, c’en était fini !

Featured Posts
no-posts-feed.on-the-way
no-posts-feed.stay-tuned
Search By Tags
Recent Posts
Follow Us
  • Facebook Black Square
  • Twitter Black Square
  • Google+ Black Square