Tarot. Tirage n°2

Contexte : une femme quitte enfin son foyer, où le poids du quotidien est trop lourd…

Suite : elle me rencontre, 2 cartes de tarot sont tirées en 2 temps de voyance, pour lui dire son avenir.

- Madame ! Madame ! Si vous me rencontrez, c’est que dans ce premier essor, ce courage de partir que je pressens aujourd’hui dans vos pas, ma mission est de vous aider à y croire, à ne pas douter, à ne pas faillir.

Trouvez-vous bizarre que je vous interpelle ainsi ?

- Non, pas vraiment. Je quitte un monde qui m’enterre dans l’impossible à déplacer. Alors, en quittant ce monde sans mouvement, je ne suis pas surprise d’en rencontrer.

- Bien ! Bon jugement, excellente énergie naturelle qui se marient pour vous accompagner. Je dirai même : pour vous accomplir, car c’est dans l’action que cela se fait.

Avez vous des projets en perspective dans ce départ voulu, choisi, acté ?

- Non, pas précisément… Je marche, je me dirige vers des espaces plus cléments, plus bienveillants, enfin je pense… Mais je n’ai aucun projet dessiné, peut-être à réfléchir… Certainement oui, à réfléchir aux rythmes des pas que je pose et des êtres que je rencontre…

- Bien, très bien. Bonne intelligence et distinction. Oui c’est ainsi qu’il vous faudra créer votre bonheur et même si vos pas tombent parfois, si ils glissent en bas de pente et qu’ils souffrent ensuite de la remonter, pensez à regarder l’horizon et l’air qui les entourent et faites de vos pas le rythme doux, sans jugement, sans culpabilité de vos pensées.

Ainsi vos projets se dessineront parce que, dans le dessin de vos pas, vous apprendrez à regarder d’où vous venez, qui vous êtes pour savoir où vous devez aller.

Alors l’affectif, le matériel, le professionnel, la santé et le spirituel vous seront très favorables. (Je suis l’impératrice qui dit ce qui est.)

- Mais que faites vous ? Qu’avez vous monsieur ?

- Rien, rien ! Juste un mal soudain à la hanche alors que je vous parle de cet avenir favorable.

- Et donc ?

- Donc… Et bien, la vie, madame. La vie… Rien n’est lisse, comme je vous le disais précédemment : les pas peuvent glisser. Ceci n’est pas grave en soi puisque l’on peut remonter. Mais le danger, madame, est la confusion, l’indécision, le non-choix, l’hésitation, la peur !

Dans ces pas qui vont construire votre vie, si sans cesse votre esprit parasite leur coordination, c’est-à-dire si vous bouillonnez d’idées sans les coordonner, si vous vacilliez entre originalité et extravagance, fuite et étourderie, entre innocence et sagesse... et bien votre besoin de liberté et d’indépendance dans le rythme de vos pas risque de stagner. Oui, stagner en bas de la pente, tourner en rond jusqu’à que vous compreniez qu’il vous faut plus de constance madame, dans ce nouveau chemin que vous arpentez.

(Je suis le mat qui dit ce qui est)

Featured Posts
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Search By Tags
Recent Posts
Follow Us
  • Facebook Black Square
  • Twitter Black Square
  • Google+ Black Square