aRchivEs

 >>>  2020 / trace 30. Sainte-Marie - samedi 12 septembre - Grand-Mystère

Si tu étais une divinité ?

 

Je serais sans-papa-sans-manman, Râ, Soleil, l'aide de camp du grand Patron, Chronos pour arrêter ou accélérer le temps,

reChronos pour voyager dedans, le Trou Noir...

Et c'est ainsi, bien coiffées que nous sommes parties résoudre

des mystères à Sainte-Marie.

"La mort au bout de Laventure", "Sméralda ne dansera plus"... C'est ce qu'aurait pu titrer France-Antilles s'ils nous avait suivis, ce samedi gros soleil, dans le quartier de l'Union, à Sainte-Marie. Parce qu'on était venu pour ça : chercher un meurtre, chercher un mort, chercher un coupable !

En fait, ce qu'on a trouvé, c'est d'abord Roger Coco, dans son bar derrière l'abribus, sur un terrain qui a priori n'avait rien d'accueillant tellement il était vague. Mais faut pas se fier aux apparences. Roger Coco, c'était l'homme de la situation. Et la situation nécessitait d'avoir dlo coco avant d'aller mener l'enquête. L'homme en avait plein le congélo + des belles paroles + des yeux doux + un lot de petits cœurs dans son cœur. Le monsieur ne veut pas être payé, juste être invité au prochain zouk et être notre danseur officiel. On repart avec son CV : chef cuistot, loueur de bungalow, 66 ans, grimpeur de cocotiers, proprio de Patis+ (la pâtisserie juste en bas de l'église) et célibataire. Avis aux amateuses.

 

Avec nos divinités et notre dlo coco congelée, on finit par s'arracher. (C'était pas facile). Place Pommier, une dame magnifique avec son bakoua et un corps en forme d'herbe sauvage dans le vent. Elle nous hèle :"Doudou-a !". Elle ne parle pas, elle rit. Et tout son corps rit avec elle. Et tout autour, la place écrasée de soleil, les herbes coupées ramassées sur le côté, les bancs esseulés se mettent à rire avec elle. Elle s'appelle Sméralda et nous donne à son tour son CV : Originaire du quartier Pain de Sucre, ancienne senneuse, a perdu tout son poids à cause du diabète. Elle dit "Aprézan man lèd ! Man lèd !" Elle ne le dit pas, elle le rit. Et nous aussi nous rions : elle n'est pas laide, mais trop belle, cette femme-rire. Les Divinités passent par nos corps pour délivrer des messages, parce qu'il ne faut pas trainer : on a un meurtre à couvrir, un mort à faire parler et un coupable à défier. On finit par s'arracher mais ce n'est pas facile de quitter un rire.

Rue de l'Amitié, Chaubo Max. "Mettez-vous là pour écrire, vous serez plus à l'aise". Là, c'est la véranda du voisin parti en France. Max passe un coup de balai, un chiffon sur les chaises, ajoute une table sur laquelle il dépose un bon dité-péyi glacé : basilic, groditen, brisée et j'oublie le reste. Sa véranda à lui est squattée par sa sœur, Sylvie qui prépare un bébélé pour les hommes partis nettoyer le terrain familial. Pendant ce temps, nous, on écrit notre fait divers. Et c'est chaud : l'une des victimes a été trucidée, transpercée par des cannes à sucre affutées. Il se passe vraiment des choses atroces à Sainte-Marie. Heureusement, Sylvie a préparé, spécialement pour nous, une cocotte de thé-pays pour douciner la vie, notre marche et couper les pattes au soleil qui pèse des tonnes sur nos têtes. Une bouteille par personne. Et des histoires pour tous. Difficile encore de s'arracher. Personnellement, si on pouvait me planter là comme un pied de bois d'Inde, je ne dirai pas non.

On trace quand même. Regarder sa montre ne sert à rien : elle nous mettrait en face d'un retard monumental. Cela dit, vu la taille des ombres dans le cimetière, midi ne doit pas être loin. Et nos morts qui parlent à la Mort transpirent de tous leurs os.

Rue de l'espace du Photographe, Calle des marches, Rue de la Police... cette commune est habillée de poésie, jusqu'à ses jupons de dentelles et d'écumes qu'elle secoue à la barbe de l'horizon. C'est Manman Dlo qui, de ses pieds invisibles martèlent le sable dans un fracas de tambour. Manman Dlo, coupable de tout. Peut-être est-ce dans un ladja qu'elle s'est lancée sur ce front de mer... Combat contre qui : Chronos ? Le Feu ? L'Air ? La Terre ?

Dernier coup de crayon et l'enquête est bouclée.

Nous cherchions un meurtre, un mort et un assassin... ils existent maintenant sur le papier. Mais en vrai de vrai, Quartier de l'Union, ce sont des sourires en chair et en os, de la Bienfaisance et de l'Amitié que nous avons trouvés.

.

Conte, rendu by manzelKa

avec Fabienne P.

Christelle

Myriam, Christine

Marie

et Jean-Baptiste

extraits lus pendant la trace

Ernest Pépin - L'HOMME AU BATON

(Ed. Gallimard, 1992)

Xavier Orville - LE MARCHAND DE LARMES

(Ed. Grasset, 1985)

Patrick Chamoiseau - SOLIBO MAGNIFIQUE

(Ed. Gallimard, 1988)

Frankito - L'HOMME PAS DIEU

(Ed. Ecritures, 2012)

animatrices

Véronique Kanor

Isabelle Kanor

Le Labo des Lettres